النسخة العربية
  Vous êtes ici : Accueil » Dimanche 25 Juin 2017
La Page des Actualités » Actualités Tchad » Politique
Filtrer par Région:

Discours de la Première Dame (07 mars 2017 )


A l’issue de l’imposant défilé à la Place publique de Massenya marquant la fin de la Semaine Nationale de la Femme Tchadienne (SENAFET), la Première Dame HINDA DEBY ITONO a prononcé un discours.

-    Monsieur le Premier Ministre ;
-    Monsieur le Président de l’Assemblée nationale ;
-    Madame et Messieurs les Présidents des Grandes institutions
-    Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;
-    Honorables députés ;
-    Mesdames et Messieurs les représentants des pays amis et des organisations internationales ;
-    Monsieur le Gouverneur du Chari Baguirmi ;
-    Sa Majesté le Sultan de Baguirmi ;
-    Messieurs les chefs religieux et traditionnels ;
-    Distingués invités ;
-    Chères sœurs.
Il y a une semaine, s’ouvrait ici à Massenya, cette cité historique, l’édition 2017 de la Semaine Nationale de la Femme Tchadienne.
Au moment où les lampions vont s’éteindre sur cette semaine riche et fructueuse, il me plait de remercier les uns et les autres pour leur participation active aux diverses activités organisées pour donner sens à la SENAFET, un évènement d’envergure et de grande portée.

Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs.
La  SENAFET, édition 2017, comme on l’a souhaité ardemment au lancement des activités, a tenu toutes ses promesses. Dans sa dimension réflexive, cette semaine a permis de passer au crible de l’analyse le thème central  de la SENAFET à savoir « le respect des droits des femmes et des filles, un défi pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable ».

Les divers contours de ce thème ont été cernés et étudiés dans les menus détails. L’analyse a mis en exergue la nécessité de renforcer les actions de plaidoyer en vue de lutter plus efficacement  contre les facteurs qui entravent l’exercice des droits des femmes et des filles.
Il est évident qu'en dépit des efforts louables déployés par les plus hautes autorités pour assurer la protection juridique des femmes, des défis importants restent à relever.

En effet, les violences et discriminations faites aux femmes sont encore persistantes dans nos communautés. Les mutilations génitales féminines et le mariage des enfants  survivent toujours. C’est pourquoi, il est plus que nécessaire et urgent de maintenir l’alerte à un niveau maximal et de renforcer  la lutte.

Je note avec satisfaction que votre réflexion a permis d’identifier les goulots d’étranglement et de développer des stratégies pertinentes pour  assurer la protection et la promotion  des droits des femmes et des filles qui constituent les couches les plus vulnérables de notre société.

J’ai noté aussi, et non sans intérêt, l’approche participative et intégrée, que vous avez définie dans l’optique de susciter une large  adhésion et contribution de tous les acteurs et surtout celle des femmes dans les programmes visant le développement durable.  En effet, sans un investissement actif et réel de la femme, aucune œuvre de développement ne peut donner les résultats escomptés et l’impact attendu.

Mesdames et Messieurs.
Comme vous l’avez si bien mis en évidence au cours de vos réflexions,  la pleine réalisation des droits de la femme ne peut s’accomplir sans le concours de toute la communauté. Tous ensembles, gouvernement, agences des Nations unies, société civile, secteur privé, communautés, nous devons fédérer nos efforts et mutualiser nos forces pour agir au grand bénéfice des femmes et des filles. 

Je demeure convaincue qu’en développant une approche globale et coordonnée,  nous arriverons à construire une société où les femmes et les filles peuvent vivre à l’abri de la violence, de la discrimination et des frustrations diverses.

C’est d’ailleurs tout le sens  du combat que mène son Excellence IDRISS DEBY ITNO, Président de la République, Chef de l’Etat. Ce qui se traduit par l’adoption des instruments et conventions qui  mettent au premier plan  les droits des femmes.

Et je puis vous rassurer que les recommandations issues de vos travaux seront étudiées avec soin et traduites en actes concrets.  De même, je m’engage à assumer les responsabilités qui sont les miennes dans ce processus de  conquête des droits des femmes et des filles à travers la Fondation « Grand cœur » qui est notre propriété collective.

Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs.
Je ne saurais terminer mes propos sans remercier tous les partenaires pour leurs diverses contributions qui ont permis de rendre belle et productive cette semaine dédiée à la femme tchadienne. J’exprime aussi ma gratitude aux autorités régionales et à toute la population du Chari Baguirmi pour leur mobilisation et la chaleur de leur accueil.

Sur ce, je déclare closes les activités de la Semaine Nationale de la Femme Tchadienne, édition 2017.

Je vous remercie.

Publié le 07-03-2017 10:03 Par
.................................................................
Suivre la Télé en ligne
Ecoutez la Radio en ligne
Météo du Tchad
Météo Ndjamena p-8 i-1
38°
27°
Ciel nuageux
Lundi 42°  27° Intervalles nuageux
+info
Question du Jour
Que pensez vous de nos emissions ?
54.4%
26.2%
19.5%

Total votes: 149


 
 
ONRTV sur Facebook
Photo du Jour