النسخة العربية
  Vous êtes ici : Accueil » Lundi 11 Décembre 2017
La Page des Actualités » Actualités Tchad » Politique
Filtrer par Région:

DISCOURS DU CHEF DE L’ETAT À LA JOURNEE NATIONALE DE PRIERE POUR LA PAIX EDITION 2017


Monsieur le Président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques ;
- Monsieur le Président de la Conférence Episcopale du Tchad ;
- Monsieur le Secrétaire Général de l’Entente des Eglises et Missions Evangéliques au Tchad ;
- Mes chères sœurs ; 
- Mes chers frères.

C’est toujours avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme que  j’assiste à cet évènement majeur gravé dans le marbre de la conscience nationale. 

Cette fierté et cet enthousiasme qui m’animent se lisent aussi dans le visage de chacune et de chacun de vous, ici, présent dans cette salle.

C’est dire que cette journée consacrée à la paix et à la cohabitation pacifique est  plus qu'un rituel ou une tradition que l’on célèbre tous les 28 novembre. Cette journée, est en réalité, la manifestation concrète et tangible  de l’unité fraternelle et de l’entente mutuelle entre les différentes congrégations religieuses de notre pays. 

Aussi voudrais-je féliciter vivement les organisateurs qui se sont investis pour la tenue de cet important rendez-vous. 

Frères Leaders Religieux, 
Mes frères et Sœurs 

Point n’est besoin de dire que la Journée Nationale de prière pour la Paix et  la Concorde Nationale est une initiative exemplaire. 

Aujourd’hui, cette belle  communion de coeur et d’esprit entre les tchadiens de diverses confessions religieuses est un laboratoire et un modèle en matière de culture de la  paix, du dialogue, de la tolérance et de la cohésion.  

Nous devons, sans une note d’orgueil, nous réjouir d’avoir accompli une œuvre essentielle qui fait la fierté du Tchad hors des frontières nationales. 

Le mérite de cette belle entreprise revient à l’ensemble des tchadiens qui ont compris que leur force commune réside dans l’unité, la fraternité et l’amour. 
Mes chers frères et sœurs, 

Je vous invite, à vous lever tous et dire d’une seule voix : VICTOIRE.

Merci chers frères et sœurs. OUI, nous avons remporté une grande victoire sur les forces du mal, de la haine et de la division. 

Mais attention, nous ne devons pas baisser la garde. Il faut continuer à s’investir pour préserver ce précieux acquis. Vous êtes sans savoir que les ennemis de notre pays n’ont pas totalement désarmé. 

Ils montent, chaque jour,  des plans odieux, pour saper les bases de notre unité fraternelle et de notre cohésion nationale. C’est pourquoi, chaque tchadienne et chaque tchadien doit être vigilant. 

Depuis quelques mois, un phénomène extrêmement dangereux pour l’unité nationale se développe sur la toile.  Les réseaux sociaux sont, curieusement, devenus le théâtre de  querelles communautaires et sectaires.

J’ai lu, comme nombreux d’entre vous d’ailleurs, ces messages qui véhiculent la haine régionale et la discorde confessionnelle.

J’ai été profondément sidéré et abattu par la virulence  des mots,  des termes et des expressions que nos jeunes utilisent pour se faire cette guerre complètement insensée et stupide.

NON, chers jeunes, vous êtes sur la voie de la dérive et de la perdition.

Je vous invite, en ma qualité de garant de l’unité nationale, à une prise de conscience individuelle et collective. Il faut immédiatement mettre un terme à cette polémique stérile qui est motivée par des considérations  mesquines. 

En aucun cas,  l’internet qui est un charmant outil de votre époque ne doit servir à des fins divisionnistes et politiciennes.  Je vous demande plutôt, de tirer le meilleur parti des réseaux sociaux qui vous offrent des opportunités de rencontre et élargissent vos horizons. 
L’avenir du pays, c’est la responsabilité qui vous échoit, chers jeunes.  Et pour bien assumer cette immense responsabilité, privilégier vos études et vos formations. 

Evitez d’être manipulés  par tous ces mauvais esprits qui ne rêvent que d’une chose : la destruction et la déstabilisation de votre beau et grand pays.   

Nous savons tous qu'il y a des chapelles occultes qui instrumentalisent ces pratiques qui mettent à mal l’harmonie entre les filles et fils du Tchad. 

Au Tchad, il y a des communautés mais il n’y a pas de place pour le communautarisme. Je vais livrer une guerre sans merci à tous ceux qui alimentent et entretiennent le communautarisme, le  sectarisme et  le régionalisme

Mes  frères leaders religieux,

Comme vous le faites depuis des années, je vous invite à développer, dans vos prêches et sermons, des messages de sensibilisation sur la culture du dialogue interreligieux et de la cohabitation pacifique. 

Nous devons tous comprendre que le Tchad est un patrimoine commun et un héritage collectif. 

Il revient aux générations actuelles de prendre bien soin de ce bel héritage en vue de le léguer à la postérité.  

Frères leaders religieux ;
Mes frères et Soeurs

Si j’insiste sur la paix, l’unité et la stabilité, c’est pour vous dire combien ces valeurs sont chères et précieuses. Regardons ce qui se passe dans certains pays voisins et nous comprendrons la valeur réelle de la paix et de la stabilité.  

Aucun pays ne peut s’épanouir dans un environnement marqué par le désordre, l’instabilité et le chaos sécuritaire. 

Nous devons, à tout prix, garantir la paix et la stabilité qui nous permettent aujourd’hui de nous retrouver ce matin, de vaquer à nos occupations quotidiennes, de subvenir aux besoins  de nos familles et d’apporter notre pierre au développement de notre nation. 
Le développement, c’est bien évidemment, notre principale préoccupation. Le Gouvernement se bat pour créer les conditions nécessaires de la modernité et du mieux être social en vue de soustraire nos jeunes à la précarité et au chômage.

Il est indéniable que le radicalisme violent, le terrorisme et les migrations irrégulières trouvent, en grande partie, leur cause dans la pauvreté.  

Personne, d’entre nous, ici, ne voudra que son enfant prenne la route de la migration avec tout le risque que cette aventure entraine.  Nous avons vu les images traumatisantes de ces jeunes migrants vendus comme des esclaves en Libye.  Ces images ont choqué toutes nos consciences.

Permettez-moi, de saisir cette opportunité pour condamner de la manière la plus forte, cette pratique moyenâgeuse, abjecte et intolérable.

L’Afrique doit agir,  agir au mieux et au plus vite, pour sauver ces jeunes africains, victimes de la barbarie de ces  hommes qui haïssent la peau noire. 
Le Tchad, pour sa part, est prêt à l’action. L’Union Africaine et tous les États africains doivent se lever comme un seul homme pour dissuader ces esclavagistes du 21ème siècle.

Frères leaders religieux ;
Mes frères et Soeurs

Aujourd’hui, mon message a été quelque peu plus long. Vous comprenez certainement que cela s’explique par la portée de ma communication  et  l’importance des sujets abordés.

Je clos mon propos, en exprimant toute ma gratitude à l’ensemble de nos dignitaires et responsables religieux. Ils se sont, tous,  beaucoup investis pour que la culture de la paix, du dialogue et de la tolérance s’enracine solidement dans notre pays. 

Je vous convie, chers leaders religieux, à poursuivre ce travail avec le même élan et la même motivation. 

Que Dieu bénisse notre pays. 

Je vous remercie. 

Publié le 28-11-2017 11:11 Par
.................................................................
Suivre la Télé en ligne
Ecoutez la Radio en ligne
Météo du Tchad
Météo p-8 i-1
33°
19°
Intervalles nuageux
Mardi 35°  19° Dégagé
+info
Question du Jour
Que pensez vous de nos emissions ?
54.4%
26.2%
19.5%

Total votes: 149


 
 
ONRTV sur Facebook
Photo du Jour